Je Cours DLP !

Poster un commentaire Par défaut

Cela fait plus d’une semaine que le Magic Run Week-End s’est terminé mais j’attendais de recevoir toutes les photos disponibles sur ma carte prépayée PhotoPass. Cette année, j’avais décidé de courir le 10k et seulement le 10k, car au moment de la réservation, je courais le Marathon de Paris en avril et je ne voulais pas trop faire après cette épreuve… 

Et nous voilà, le vendredi 21 septembre à la réception Empire State Club, nous avions envie de nous faire plaisir dans l’hôtel où j’ai commencé mes aventures hôtelières. Après une halte dans notre chambre, nous partons vers les parcs et la Disney Event Arena où j’avais retiré mon dossard la veille (pendant qu’une équipe de déminage faisait sauter un colis abandonné en gare, bloquant l’arrivée du tgv de maman). Nous profitons des Fast-Pass à Star Tours, un peu de shopping, un diner au Rainforest Café puis nous retournons dans notre confortable chambre du Disney’s New York Hotel. Le réveil est tôt, 5 heures, mais je me réveille bien sûr quelques vingt minutes avant. Petits sablés, café et me voilà dehors, dans la file qui court déjà vers les sas de départ. Il fait frais en short avec le petit sweat-shirt que je lâcherai avant le départ (le frère jumeau que j’ai lâché l’an dernier…), mais je suis excitée avec cette appréhension habituelle. Je retrouve le gang d’Elise que je connais pour la plupart, l’accent belge chante dans ce groupe de nanas prête à fouler les dix (petits) kilomètres.

Le départ est donné, nous partons rapidement vers les Walt Disney Studios où les Cast-members nous acclament comme des champions. Les personnages, eux, ne sont pas à la fête et il faut attendre le quatrième kilomètre pour poser avec le Chapelier Fou (sans le Lièvre de Mars). En compagnie d’Elise, une championne du soutien et du #Moveyour🍑 ! Nous cherchons TOUS les photographes sur le parcours pour rentabiliser le fameux PhotoPass. Et plus d’une heure et demie après  le départ, nous franchissons ensemble la ligne d’arrivée hilares, ou presque, nous n’avons pas eu notre quota de personnages, et à mon avis, trop de kilomètres en « backstage ». Maman nous attend déjà derrière la ligne d’arrivée, et nous portons nos lourdes médailles. Après un brunch au Lounge de l’hôtel, nous retournons au parc pour refaire Star Tour avant de rentrer, toujours la médaille au cou. 

Ici, c’est Paris !

Poster un commentaire Par défaut

Alors que je regarde le match de nos champions, je prend le clavier pour vous conter le récit d’un week-end pas comme les autres, que je réitère toutes les années depuis 2015. La Parisienne, la plus grande course féminine en Europe fêtait sa 22ème édition sous les couleurs de New York City, thème qui me tient particulièrement à coeur et qui pourrait être prémonitoire pour les prochains mois, mis à part notre voyage en Mars. 

Des animations à gogo, des exposants relativement intéressants mais surtout et toujours la course en plein coeur de Paris, où on se prend pour des championnes du monde le temps de sept kilomètres. Cette année, débarrassée du joug commercial de Reebok, l’organisation nous a gâtées en animations, concerts, produits d’essai. 

Self-defense, yoga, hypnose, pound (oui !!! le master du pound était de retour !!), danse, gospel et sessions de jogging… Tout était là pour nous faire kiffer ! Il y a aussi nos rencontres organisées ou pas grâce à nos clubs/groupes, des moments de papotages, d’échanges et d’attente en sas de départ (avec la participation de nos amies guêpes) ce matin ! Je ne vous referai le parcours mais je vous partagerai mes émotions après la dernière édition amère et ratée en sensations et en émotions. Je me suis rattrapée ce matin, sans écouteurs, juste ma montre, mes solaires et un short (trop bon Odlo !) pour me prendre pour une championne et pour profiter de tous les encouragements et musiques comme ma première fois ! 

Le petit-déjeuner très loin alors que je franchissai la ligne de départ, j’ai eu presque moins de mal à trouver mon rythme sur les pavés (après la descente de début de parcours), même au ravitaillement je ne prends que l’eau et pas la banane. Le soleil est très chaud et rapidement, j’ai de nouveau soif. Je me concentre sur le paysage, les supporters et le sixième kilomètre arrive… les bénévoles se font plus nombreux à nous encourager au son des tambours japonais et des voix de Gospel. Je vois l’arche blanche et j’accélère progressivement. Et c’est fini ! Je souris, je reçois le sac avec la médaille et la jolie rose. Je me mets à la recherche des trois copines mais je suis surprise de les voir arriver après moi, moi la tortue qui se hâte avec lenteur. On se retrouve, selfies en rafale et je retourne à mon hôtel me changer avant de rentrer dans ma lointaine banlieue… Sur le quai du métro, nous sommes nombreuses, mais la parenthèse est déjà fermée aux portes du village. Dommage, cet esprit de corps n’est qu’un état passager chez certaines.

La Parisienne sera peut-être ma constante dans l’agenda des courses, et ce sentiment d’appartenance je le dois surtout aux bénévoles de la courses, qui sont vraiment extra-ordinaires ! Et vous, l’avez-vous déjà courue ? Avez-Vous une course fétiche que vous aimez à courir chaque année ?

 

#FieredetreBleus

Poster un commentaire Par défaut

Oui, très, TRES fière d’être Bleus ! Je ne saurai dire pourquoi je me suis intéressée passionnée pour la Coupe du Monde 2018, notre équipe de France. J’ai réellement vibré, mangé, transpiré pour nos champions depuis l’annonce des heureux élus en mai dernier. Sans aucun apriori depuis la finale de l’Euro 2016, je voulais vivre pleinement ce « 20 ans après 98 », ma première coupe du monde à beaucoup d’aspects. A l’époque, je ne chantais pas la Marseillaise (comme les joueurs) et j’avais pris en cours, vers les quarts de finale (comme beaucoup je pense). 

images

Vingt ans plus tard ; victoires, déceptions et espoirs nous ont conduits à ce beau moment d’esprit sportif et fraternel (on dit comment pour les femmes ?? on est très nombreuses). Personnellement, je suis devenue sportive (un miracle en soit) et mes petites victoires personnelles, les rencontres multiples m’ont conduite à cette ouverture vers les autres et toujours dans le dépassement de mes limites. 

34858791_180426116146435_9118835389023387648_n

Des frissons, des émotions lors de la Marseillaise qui porte tout le sens de mes épreuves qui se reflètent sur les pelouses de stade, dans les mots et les gestes de Deschamps et des joueurs. C’est fort ce qui retentit dans mon coeur, des battements de vie qui font du bien, qui nous rassemble, qui efface les ennuis du quotidien et les frontières linguistiques quand j’ai appris à un petit visiteur espagnol de scander « Allez les Bleus ! », quand les touristes te félicitent pour être champions du monde ! Il n’y a que dans le sport, que j’ai vécu une telle égalité ;  en course à pied quand tu croises des coureurs étrangers mais qu’on parle la même langue, quand tu passes la ligne d’arrivée même après deux heures et demi sous la pluie, on te passe la médaille autours du cou comme si tu avais gagné la première place ! Aujourd’hui, je visionne encore les vidéos disponibles et je frissonne encore en revoyant les buts, les éclats humains qui se dégagent de ce pays qui est le mien qui encore une fois a vaincu les mauvaises langues, l’irrespect et la méchanceté inhérente aux rageux et jaloux. 

DiKSSShX4AI7GlM

Impossible n’est pas Français ! En attendant de m’offrir le maillot aux 2 étoiles, je partage avec bonheur les étoiles qui sont dans mes yeux… 

IMG_0741

Une nuit d’été avec un moustique

Poster un commentaire Par défaut

Toutes les années, c’est le même problème : il fait chaud et les moustiques sont là à attendre derrière la fenêtre qu’on ouvre pour avoir dix minutes de fraîcheur… Citronnelle, anti-moustique européen ; rien ni fait plus contre ces insectes piqueurs.

images

Un soir,  hors de danger tellement on nous a bouffés et commence la longue nuit avec un, seul, moustique ! Généralement, il nous fera croire que nous ne craignons rien jusqu’à une heure du mat’, vicieuse la bête ; il va se rapprocher de nos oreilles pour nous réveiller puis commencera sa collecte gastronomique. Ce bruit, c’est comme ce voisin qui joue à la perceuse un dimanche matin ! Quand on aura enfin atteint la lumière, la bestiole va jouer autour de nous pour nous rendre fada (généralement avec la tong au pied du lit, l’urgence aidant)… On va mouliner au dessus de notre tête jusqu’à l’état de rage pantelant, et ruisselant, on le cherche sur chaque centimètre des murs… 

images-1

On commence à lui parler ; oui, on le menace d’une mort douloureuse et très saignante car ce n’est que justice… mais voilà, notre adversaire s’est arrêté de faire du bruit, se rendant presque invisible… On ne trouvera le sommeil qu’une fois le coupable exterminé, maintenant armé d’une bombe insecticide, on gicle à tout va ! On tousse à l’odeur acre et toxique du poison, mais le moustique est toujours invisible, une honte !! Cela fait 30 minutes qu’on est en plein combat digne d’un film tel Cloverfield ! La fin est proche, et l’humain est rusé… on fait semblant de jeter l’éponge et de se recoucher, la tong cachée dans le dos pour mieux écraser l’ennemi posé sans vergogne sur le mur au dessus de la tête de lit ! La victoire est douce, le mur est taché et le cadavre git inerte sur le sol… 

images-3

On peut enfin lâcher la sandale, éteindre la lampe de chevet, fermer les yeux avec satisfaction et… s’apercevoir avec effroi que pendant la bataille, la fenêtre était restée ouverte …

images-2

ps : Aucun moustique innocent n’a été exterminé par erreur, ni par délit de sale gueule ! Aucun livre n’a été utilisé en tant qu’arme de destruction massive. L’insecticide dont la marque ne peut pas apparaitre dans cet article a été sponsorisé par une grande marque qui tient à garder l’anonymat.