Vive le Québec Libre !

Poster un commentaire Par défaut

1017593_534517513276944_1889456898_n

La fête nationale du Québec, traditionnellement appelée la Saint-Jean-Baptiste ou Saint-Jean, est la fête nationale des Québécois. En vertu de la Loi sur la fête nationale1, le 24 juin est une journée fériée et chômée au Québec.

Cette date est d’abord celle de la fête religieuse célébrant Jean le Baptiste qui s’est plus tard imposée comme fête nationale des Canadiens français, qu’on appelait alors « canadiens », dans le premier tiers du xixe siècle. Reconnue jour férié par la province de Québec dans les années 1920, le gouvernement souverainiste du Parti québécois l’a déclarée « fête nationale du Québec » en1977. Certains voudraient que la reconnaissance de la Saint-Jean comme fête nationale efface le nom historique de la fête, sans doute à cause de son héritage catholique, mais les Québécois continuent communément de se souhaiter « bonne Saint-Jean ».

Depuis 1984, le Mouvement national des Québécoises et Québécois est officiellement responsable de la coordination des festivités qui se déroulent les 23 et 24 juin de chaque année.

Au Bas-Canada

Les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste prennent une tournure très patriotique au Bas-Canada grâce, entre autres, aux actions de Ludger Duvernay, qui deviendra le premier président de la Société Saint-Jean-Baptiste.

C’est le 24 juin 1834 qu’est chanté pour la première fois le Ô Canada! mon pays, mes amours de George-Étienne Cartier lors d’un grand banquet patriotique regroupant une soixantaine de francophones et d’anglophones de Montréal dans les jardins de l’avocat John McDonnell, près de l’ancienne gare Windsor6. Plusieurs hommes politiques réformistes dont Edmund Bailey O’CallaghanLouis PerraultThomas Storrow BrownÉdouard-Étienne RodierLouis-Hippolyte La Fontaine et le maire de Montréal Jacques Viger sont présents lors de ce banquet.

Suite à cette première célébration, le journal La Minerve conclut, que « cette fête dont le but est de cimenter l’union des Canadiens ne sera pas sans fruit. Elle sera célébrée annuellement comme fête nationale et ne pourra manquer de produire les plus heureux résultats » 7. C’est à partir de cette date que la fête nationale des anciens Canadiens en vient à correspondre avec la fête catholique de Saint-Jean-Baptiste, déjà bien ancrée dans la tradition.

Suite aux soulèvements des Patriotes de 1837 et 1838 et aux répressions militaires qui suivirent, la fête cessa d’être célébrée pendant plusieurs années. Lorsqu’elle réapparaît, c’est sous la forme d’une célébration essentiellement religieuse, bien que les feux soient toujours présents. À Québec en 1842, elle donne lieu à une grande procession religieuse, inaugurant ainsi la tradition du défilé de la St-Jean-Baptiste, promis à une longue postérité. En 1843, Duvernay établit l’Association Saint-Jean-Baptiste, une société charitable et patriotique, en vue de la célébration de la fête de cette année-là à Montréal en 1843.

Sous la Confédération

Le 24 juin 1880, les citoyens de la ville de Québec participant aux festivités de la St-Jean-Baptiste se font chanter un autre Ô Canada, aujourd’hui hymne national du Canada. Il devient populaire très rapidement et on le désigne même comme « hymne national » des Canadiens français. Les paroles sont d’Adolphe-Basile Routhier et la musique de Calixa Lavallée.

En 1908, le pape Pie X fait de saint Jean-Baptiste le patron spécifique des Canadiens français. La procession de chars allégoriques est introduite en 1874. De 1914 à 1923, les défilés n’ont pas lieu.

En 1925, le gouvernement du Québec fait du 24 juin un jour férié.

À partir de la Révolution tranquille

Après la Révolution tranquille, la Saint-Jean-Baptiste prend un aspect plus politique, les générations les plus jeunes rejetant la symbolique religieuse associée auparavant aux festivités. Le 24 juin 1964, le gouverneur-général Georges Vanier cible des souverainistes québécoises et assiste au défilé de Montréal, tandis qu’un groupe de militants distribue des documents proclamant : « Vanier vendu » et « Vanier fou de la Reine »8. C’est à ce moment que la représentation traditionnelle de saint Jean-Baptiste en petit garçon frisé accompagné d’un mouton disparaît au profit d’une statue de 10 pieds représentant le saint en homme mature, qu’on veut à l’image du Québec moderne 9.

En 1968, un incident survient durant le défilé traditionnel du 24 juin auquel assiste entre autres, à la veille d’une élection générale, le premier ministre du Canada de l’époque, Pierre Elliott Trudeau, dont l’hostilité à la thèse indépendantiste est bien connue. Il devient rapidement la cible d’un groupe de manifestants indépendantistes qui scandent : « Trudeau traître, Trudeau vendu, à bas Trudeau » et tentent de le chasser de la tribune à coup de pierres et de bonbonnes d’acide. Trudeau refuse de quitter la scène. Il expliquera plus tard dans son autobiographie : « Je n’avais pas du tout envie d’obéir à une violence aussi saugrenue. Je déteste la violence. Démocrate, je n’admets pas qu’une infime minorité d’agitateurs tente de chasser à coups de pierres les invités de la majorité ». Les forces policières au service de l’intégrité du régime démocratique défendu par le premier ministre procédèrent à la répression des manifestants. L’opération se termine par l’arrestation de 290 personnes et 125 manifestants, spectateurs et policiers, sont blessés (sans compter les chevaux de la Gendarmerie royale du Canada). La Télévision de Radio-Canada et CBC rediffusèrent la scène du refus de Trudeau de quitter la scène dans les journaux télévisés du soir. D’après les commentateurs politiques de l’époque, de nombreuses personnes considérèrent le geste de Trudeau comme étant un acte ouvert de courage, impressionnant pour l’électorat canadien-anglais. Les adversaires des indépendantistes ont soutenu que la manifestation avait eu l’effet contraire de celui visé par les indépendantistes et, sans jamais en apporter la démonstration, ils affirmèrent que cela avait contribué à la victoire du Parti libéral lors de l’élection fédérale du lendemain (le PLC obtient 45,37 % des voix des électeurs Canadiens et 53,6 % de celles des Québécois).

En 1969, des manifestants du Front de libération populaire détruisent la statue représentant saint Jean-Baptiste en la précipitant par terre. Comble d’ironie, celle-ci se décapite en tombant et sa tête ne fut jamais retrouvée. Cet incident cause une interruption du défilé, qui n’eut pas lieu l’année suivante non plus10.

La Fête nationale

Célébrations de la Fête nationale du Québec au parc Maisonneuve, à Montréal, le 24 juin 2006

C’est le 11 mai 1977, que, par un arrêté ministériel du gouvernement de René Lévesque, le 24 juin devient officiellement le jour de la Fête nationale du Québec. L’année suivante, le comité organisateur de la Fête nationale du Québec est créé. Le comité confia d’abord l’organisation des événements à la Société Saint-Jean-Baptiste. Depuis le 24 juin 1975, la chanson Gens du pays de Gilles Vigneault joue lors des festivités. En 1984, l’organisation est confiée au Mouvement national des Québécoises et des Québécois dont fait partie la Société Saint-Jean-Baptiste.

Bien qu’elle soit toujours la fête des Canadiens français, la Saint-Jean-Baptiste devient, au Québec, la fête de tous les Québécois et non plus uniquement celle des Québécois d’origine canadienne-française et catholique. Par les actions de la Société Saint-Jean-Baptiste et du Mouvement national des Québécois principalement, la fête s’est graduellement laïcisée. Malgré tout, la fête demeure toujours l’occasion d’un grand festival culturel dont les Québécois profitent pour manifester leur existence au monde et leur sentiment d’appartenance au Québec. La tradition d’allumer des feux durant la nuit est toujours vivante.

Logo de la Fête nationale du Québec de 2009, la 175e.

La plus grande manifestation se déroulait traditionnellement dans la ville de Québec (la capitale nationale du Québec) sur les Plaines d’Abraham, qui pendant des années réunit des foules de plus de 200 000 personnes11. En 2011, le maire de Québec Régis Labeaume fait restreindre la consommation d’alcool lors du traditionnel spectacle sur les Plaines d’Abraham et dans les rues de la capitale12. L’affluence à la fête chute dramatiquement, en partie à cause du mauvais temps en 201113. Le 23 juin 2012, malgré un temps radieux, moins de 40 000 personnes se rassemblent sur les Plaines14.

Depuis le 8 juin 1978, la Commission des normes du travail du Québec veille à l’application de Loi sur la fête nationale, qui fait du 24 juin un jour de congé férié et chômé. Si elle tombe un autre jour de congé, un autre congé doit être ajouté. Si en raison de la nature de l’emploi, le travailleur ne peut s’absenter de son travail, il doit recevoir une indemnité.

Le 24 juin hors Québec

Aujourd’hui, la fête de la Saint-Jean-Baptiste est célébrée par plusieurs communautés catholiques à travers le monde, entre autres au Danemark, au Portugal, en Espagne et en France. Pour l’Église catholique romaine, le 24 juin est un jour de fête religieuse en l’honneur de saint Jean-Baptiste.

La fête est toujours célébrée par de nombreux francophones, majoritairement issus de la diaspora québécoise ou acadienne, de la Nouvelle-Angleterre, de l’Ontario, des Provinces Maritimes et de l’Ouest canadien. Les plus importantes célébrations de la Saint-Jean-Baptiste dans le Canada hors Québec ont lieu dans le cadre du Festival franco-ontarien, qui se tient chaque année à Ottawa. La Saint-Jean-Baptiste est aussi une célébration importante pour la région du nord de l’Ontario dans diverses petites villes dont Kapuskasing. Bien que la célébration de la Saint-Jean-Baptiste par les Acadiens en tant que fête catholique ne soit pas inconnue, elle est largement surpassée par la Fête nationale de l’Acadie le 15 août (fête de l’Assomption, qui d’ailleurs fut la fête nationale des Français sous le Second Empire), instituée en 1881 lors d’une convention acadienne, alors que cette date était en compétition avec le 24 juin15.

Depuis plusieurs années, un défilé de la Fête nationale du Québec est organisé en France par la Délégation générale du Québec à Paris. Les délégations de New YorkLondresBruxellesMexico et Tôkyô soutiennent aussi des activités pour souligner le 24 juin.

La Saint-Jean-Baptiste est aussi largement célébrée en Colombie-Britannique, plus particulièrement dans la vallée de l’Okanagan, étant donné que la majorité des travailleurs saisonniers, présents pour la récolte estivale des cerises et autres fruits, sont des Québécois.

Nature politique de la célébration

Certaines personnes au sein des communautés francophones du Canada regrettent que le Québec se soit « approprié » cette fête[réf. nécessaire], puisque de leur point de vue, la fête avait comme but d’unir tous les Canadiens français (les Acadiens ayant une fête différente), qu’ils soient au Canada ou aux États-Unis. D’un autre point de vue, les dirigeants de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal accusent toujours Ottawa d’avoir usurpé les symboles nationaux historiques des Québécois en s’appropriant la feuille d’érable, le castor et l’hymne Ô Canada16.

En juin 2009, une polémique éclate lorsque deux artistes québécois anglophones (le groupe Lake of Stew et le chanteur Bloodshot Bill) sont retirés de la programmation d’un spectacle de la Fête nationale intitulé « L’autre Saint-Jean » parce que ceux-ci chantent principalement en anglais et deux commanditaires menaçaient de retirer leur commandite du spectacle si ces artistes anglophones montaient sur scène, craignant des manifestations17,18,19. Les responsables du spectacle reviennent finalement sur leur décision et autorisent la présence de ces artistes, mais ces derniers devront prévoir des chansons en français pour « s’assurer de la prédominance du français et du caractère francophone des activités » lors de ce spectacle dans le quartier Rosemont20. Originaire de Châteauguay, Lake of Stew a symboliquement terminé sa prestation en reprenant la chanson Harmonie du soir à Châteauguay du groupe québécois Beau Dommage21. Toutefois, certains souverainistes et défenseurs de la langue française craignent que l’on ouvre ainsi la porte à des festivités bilingues22.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s