Ma France…

Poster un commentaire Par défaut

Je suis née en France, à Paris dans le XIIIème arrondissement au début de la dernière année des 70’s. J’ai été gardée par une nounou avec une culture culinaire sicilienne et tunisienne. J’ai grandi dans le 93 avec des camarades africains, beures, antillais, mais aussi des quatre coins de l’Europe. J’avais mon argent de poche en Francs. J’ai passé mon BAC avec des copines kabyle, arménienne, polonaise et uruguayenne. 

En tant qu’élève infirmière, j’ai pris la tension de nombreux patients de France et du Maghreb. En sessions d’été aux Etats-Unis, j’ai partagé ma chambre avec des italiennes, brésiliennes, japonaises et j’ai fait le « guide » à Disneyland à des copains danois, japonais et italiens. 

Depuis plus de dix ans maintenant, je travaille avec des collègues du monde entier, de tous styles de vie et de toutes langues. Ma vie est remplie de couleurs, de mots différents et je ne pourrais pas m’imaginer vivre autre chose.                  

Un ami cubano-polonais m’a confié l’autre jour que la France c’était pour lui le pays des Lumières, de la pensée de liberté et quand il en parlait, il était aux anges. Comme les touristes qui voient la Tour Eiffel pour la première fois,  comme ceux s’extasient devant un vrai croissant en terrasse ou bien ceux qui prennent tout en photo pour garder ce moment vivant quand ils rentreront chez eux. 

Ma France, c’est celle de Fabio qui lit du Rousseau en se délectant des mots, c’est celle de Sara et Jochen qui se rencontrent et s’aiment entre l’Italie et l’Allemagne, c’est le Holà et le Goedemorgen du matin dans l’ascenseur. Ma France, c’est l’apéritif en terrasse, le piquenique improvisé et le barbecue en été. Ma France elle gagne la Coupe du Monde en 98 avec Zizou, elle gagne aussi la Coupe d’Europe en 2000 et elle célèbre sa finale contre ses amis du Portugal en 2016. Ma France, elle chante Trenet, Sardou et Brel. Ma France, elle ne pleurt ni au Bataclan, ni à Nice, ni sur les Champs Elysées de Dassin ! Ma France n’est pas monnayable à Bruxelles, ma France se compte en Euros dans mon porte-feuille. Ma France ne se met pas la hauteur des débats politiques vides pour diviser son peuple à coups de Tweets et de posts ! Merci de ne pas m’inclure dans cette France là, je prendrai la porte en silence. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s