2020 : Année « bondissante »

Poster un commentaire Par défaut

2020, une année à marquer d’une pierre blanche, mais pas vraiment à se souvenir. Comme beaucoup, j’avais des projets, des objectifs et des voyages prévus cette année. Après les premières semaines de grève dans les transports, on a enfin pu revivre normalement. Février, première course prévue et annulée pour cause de tempête ; le reste du programme restait possible et ça a dépassé mes attentes en tout point (mise à part, la neige au sortir des studios…). Une petite escapade avignonnaise juste après fut une autre source de joie. Lentement, à l’extérieur, on parlait de plus en plus du virus venant de Chine, du gel hydre-alcoolique apparut dans notre quotidien, puis on ferma quelques frontières. Soudain, au retour de mes vacances dans le sud, je me vois maintenue à la maison, confinée et seule.  Peu à peu, la date de retour à la normale est repoussée, les vacances sont annulées et les courses aussi. C’est un peu comme un deuil, le deuil de ses projets et de vacances « volées » en un sens, que l’on ne fera peut-être plus.

Tout est en suspens, au bon vouloir d’un libre-arbitre individuel pour le bien de tous. C’est inédit dans la conscience mais j’arrive à trouver un mécanisme profond qui me permet de me lever chaque matin, de trouver quelque chose d’utile à faire, à utiliser ce temps pour ranger et retrouver des totems. Un peu comme l’agent spécial DiNozo du NCIS, je me réfère aux séries télévisées ou au film dans beaucoup de situations. J’ai ainsi retrouvé une source d’inspiration dans Lost, une constance dans certains de mes amis, et de la motivation à rester forte dans ma relecture d’Harry Potter. 

1995, 1999 puis 2020 qui ne figureront pas dans mes albums photos préférés mais dans ceux qui m’auront permis d’avancer plus loin. Je range mes souvenirs sur une étagère de mon esprit et un autre jour, je les ressortirai pour m’aider à voir que chaque tunnel a une issue, qu’importe sa longueur et l’obscurité qui y règne. 

« On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière. » A.Dumbledore

b4c9a8e1426a3f05151343a1f67e35f8

 

Retour à …WordPress !

Poster un commentaire Par défaut

Depuis mon dernier article, beaucoup d’événements grands et petits ont défilé devant mes yeux. Le premier et non le moindre, je me suis installée dans ma nouvelle maison. Un grand moment ! Des travaux en veux-tu, en voilà… mais en même temps, c’est plié ! La dernière ligne droite a commencé hier avec la rénovation des salles de bain. Je pourrai ensuite recevoir amis et famille, plannifier des week-ends de vacances, des courses officielles et… profiter de mon « Home Sweet Home ». 

L’écriture commençait à me manquer furieusement, car comme la Pensine pour Dumbledore, WordPress est un moyen de jeter et organiser mes pensées. J’ai repris mes lectures, mes recettes et je compte me remettre prochainement à la musique. Ces derniers temps, je me suis rendue compte que mes passe-temps avaient une énorme influence sur mon humeur au travail, que ma course du matin et que ces quelques chapitres lus le soir en écoutant de la musique me permettaient d’être efficace et surtout de ne pas virer au rouge dès qu’une contrariété se mettait au milieu de mon chemin. Il y a aussi le côté humain du travail, les rencontres bénéfiques et celles qui vous mettent la journée en l’air, car le pouvoir des mots est étranger aux Moldus qui les emploient. 

Mon monde est fait de voyages, de courses à pied, de cinéma, de magie Disneyenne et Potterienne, si cela vous fait « capoter », merci de passer votre chemin. J’ai fait la remarque il y a une semaine que mes « amis » sur Facebook sont soit des coureurs, soit des proches, soit des rêveurs ; cela me rend fière. Qu’avons-nous en commun ? Une certaine sensibilité au monde qui nous entoure, un respect pour notre environnement, une bienveillance et une tolérance, parfois mal interprétée. 

Pour finir sur une note plus connectée, j’ai désormais une nouvelle page Facebook dédiée à ma passion pour le monde de JK Rowling, je continue bien sûr sur l’autre page.  N’hésitez pas à visiter Eclair de Feu et Jus de Citrouille. 

Yule ou le début d’une nouvelle saison

Poster un commentaire Par défaut

Après trois semaines d’hibernation automnale pendant lesquelles je me suis replongée dans ma passion pour les écrits et films magiques des sorciers et animaux fantastiques, j’ai eu le temps de reprendre goût à la cuisine, aux légumes, aux livres et à la réalisation de mon projet le plus cher. Une pause bénéfique et nécessaire donc, hier j’ai rechaussé mes baskets et je suis partie courir à une allure soutenue que je n’avais pas atteint depuis des mois. Du plaisir retrouvé, des bonnes sensations, un tri d’idées pour pouvoir me concentrer sur ma journée commençante. 

Je me suis essayée à la vidéo sur YouTube par deux fois, et me suis aperçu que j’étais d’une timidité surprenante à m’exposer devant l’objectif ; je n’aime pas être en première ligne même si c’est moi qui mène le spectacle. Je me suis amusée à me prendre pour un personnage de mes livres préférés en relisant depuis le premier tome comme je les avais commencés il y a dix-huit ans grâce à mon père toujours à la page (si on peut dire cela…). Des nouveaux objets m’accompagneront dans mon futur chez moi et je me suis prise à rêver ce matin devant un paillasson geek ! Les souvenirs sur les étagères que je ne vois plus passeront eux, à la trappe ou mieux : ils iront chez des passionnés qui sauront les aimer comme moi fut un temps… (cf Toy Story 3).

Comme un hasard, l’organisation de La Parisienne nous a informé aujourd’hui de la  future date ainsi que du thème qui me ravit le Far West ! Quand je repense à mes douze ans chez la Souris, je me dis que je fis partie de nombreux univers au fil des mois… Qui peut se vanter d’avoir travaillé auprès du Roi Lion, vendu des robes à des princesses, confectionné des confiseries, fait office de chef de gare puis de moussaillon sur un bateau à aube, raconté l’histoire de l’animation selon Disney, fait entrer des milliers d’humains (et quelques chiens guide) dans le royaume magique, guidé des célébrités (et d’autres petits héros de mon coeur), réservé des restaurants et donné la clé de chambre à des voyageurs au long cours… 

La magie continue dans ma tête, une fois que j’ai enfermé mon costume dans mon casier… comme si en dessous de mon costume, mon identité de fantaisie se révélait. Il me fallait donc une … ou plusieurs baguettes magiques qui me donnaient une nouvelle énergie pour accomplir mes ambitions, mes rêves en suspens. Cette nouvelle énergie qui me fait du bien depuis que je sais enfin où je vais et ce que je veux. 

Dans dix jours, je dirai au revoir à 2018, peut être avec nostalgie. car beaucoup de bonnes choses me sont arrivées mais je me sens prête à aller vers 2019, puis-t-elle me donner la chance de réaliser mes rêves.

Moldue Mordue de Magie

Poster un commentaire Par défaut

Unknown-1

Si vous ne comprenez pas ce titre, vous êtes vraiment des non-majs et cette lecture vous passera au dessus de la tête. Si vous êtes comme moi, des apprentis sorciers en attente de votre lettre d’Hogwarts/Poudlard. 

Unknown

Depuis Noël 2000, date à laquelle j’ai rencontré le monde magique inventé par JK Rowling, je vis les sorties de livres et de films comme des retrouvailles avec de vieux amis. Je m’évade au fil des pages, je frémis du générique de début à celui de fin. Il y a cinq ans, j’ai pu avec mon amie, Marianne (Slytherin alumni) visiter les studios londoniens de la Warner Bros et voir l’envers du décor (et laisser au passage quelques livres sterling à la boutique). 

images-1

Ainsi, je suis allée voir deux fois, de deux versions différentes le dernier film du monde magique « Les Crimes de Grindelwald », vêtue de ma tenue d’étudiante de la maison Gryffindor. Que dire de ce dernier opus ? Surprenant, émouvant mais surtout… où nous mène-t-on ? Il reste trois films à l’issue de laquelle le méchant Grindelwald perdra le duel contre Dumbledore et perdra la baguette de Sureau, mais nous somme encore 18 ans trop tôt pour connaître les tenants de ce duel ultime ; parce qu’il faut avouer que Depp et Law se battant l’un contre l’autre sur le même écran c’est vraiment sympa d’y avoir pensé ! En attendant, les premières images de Hogwarts réaniment un sentiment étrange que l’on n’avait plus connu depuis « Harry Potter et Les Reliques de La Mort »… 

images

Dans l’attente du lancement du jeu mobile l’an prochain, Netflix nous offre un marathon Harry Potter que je m’amuse à regarder à l’envers (j’ai d’ailleurs découvert des retours surprenants). Pourquoi Dumbledore et sa baguette de Sureau n’a pas pu vaincre Voldemort à la fin de L’ordre du phénix ? 

images-2

Mischief managed ! (Méfait accompli)