Doctor Who is back and… he is Scottish !

Poster un commentaire Par défaut

Le forfait iTunes de la saison 8 de Doctor Who en poche, je téléchargeais aujourd’hui le premier épisode « Deep Breath » en VOST ( Version Originale Sous-Titrée). C’est une première pour moi, car j’ai seulement commencé à me passionner pour ce monument télévisuel britannique l’an dernier au moins de décembre, juste au moment où le monde allait dire au revoir à Matt Smith alors que je commençais juste les aventures de Christopher Eccleston et David Tennant. 

Keep Calm, the Doctor is back !

Keep Calm, the Doctor is back !

Ce que j’ai aimé dans cet épisode : la narration de l’épisode en lui-même : comme lorsque David Tennant devient le 10 ème Docteur, et que Rose doit reconnaitre « son » docteur avec un autre visage et une autre personnalité, Clara a la même expérience troublante, choquante même. Pour faire passer la pilule ( a spoonful of sugar), on nous remet avec des vieux amis (la femme Lézard, sa femme humaine et le Mr Patate) alors que le Docteur est en pleine crise de personnalités. Clara, elle est notre bouche et notre reflexion alors que l’épisode se déroule : elle est la voix du téléspectateur qui lui non plus ne se remet pas de cette régénération. Ce qui est très comique je trouve c’est que l’on croirait entendre les autres Docteurs entrain de passer en revue les différents personnages rencontrés les années précédentes : Peter Capaldi était apparu en tant qu’habitant de Pompeii sauvé lui et sa famille par le 10ème Docteur et Donna. (Vous me suivez toujours ?) Le 12ème (13ème logiquement) Docteur s’amuse même de sa « nationalité » humaine, il se moque de l’accent anglais des autres personnages (sauf de la femme Lézard) et s’assume naturellement Ecossais !(Peter Capaldi est Ecossais). Ce que j’ai aussi beaucoup aimé : le nouveau générique du 12ème Docteur, il est très « Time Lord » avec la silhouette du visage de Capaldi. images

La fin de l’épisode où Matt Smith apparait en flashforward est très malin, après le discours du Docteur dans le Tardis pour expliquer à Clara, que le Docteur c’est bien lui. Oui, il est plus vieux et gris, c’est vraiment un « Farewell » final pour Matt Smith digne de ce nom. Et que le Docteur plante son Tardis à Glasgow par erreur… Fantastic ! images-1

Le Journal de Bridget Jones

Poster un commentaire Par défaut

images

Ce soir à la télé, un chef d’oeuvre du cinéma britannique : Le Journal de Bridget Jones. En français, ça aurait donner Le journal de Brigitte Martin ! Alors laissons ce titre en langue de Shakespeare ! 

Contrairement à Sex & the City, ce film m’a de suite parlé même si à l’époque de sa sortie,  j’avais dix ans de moins que l’héroïne et ne connaissais donc pas la crise de la trentaine. Une bonne dizaine d’années plus tard, une saga Harry Potter avalée en livres comme en films et sept saisons complètes de Doctor Who dégustées en Anglais dans le texte, je m’enfile ce soir Bridget Jones’ Diary ! 

Une grand vague britannique souffle donc sur ma chambre privée ainsi que sur la cuisine où on peut sentir le matin du bacon grillé sur des English muffins toastés sous du cheddar Made in UK ! 

A la veille de mes $€% ans, je me reconnais en  Bridget Jones : trop de kilos d’ennuis, trop d’ennui, aucune vie sociale, une vie casanière trop présente, une vie professionnelle pas franchement épanouissante. Mais au moins je ne fume ni ne bois pas. C’est déjà ça ! Comme Bridget, j’ai mon lot de copains déjantés et délirants, j’ai mon lot de râteaux et de désillusions sur l’espèce masculine ainsi que sur la race féminine. Moi aussi, je m’exclame sur du Céline Dion, du Adèle ou même pire il m’arrive de m’époumoner en conduisant jusqu’au parking. 

Prochainement la série Sherlock. (on continue dans le rosbif…)

 

 

Un jour de pluie

Poster un commentaire Par défaut

imagesCe matin, la météo à la radio annonçait encore une journée particulièrement grise et mouillée. Malgré toute cette eau, j’ai réussit à garder le cap. Et hop, j’ai débarqué papa au garage où il récupérait sa voiture de courtoisie, puis un autre périple sur le parking du centre commercial déserté pour finir à la maison vers treize heures. 

Commencer l’après-midi avec une belle quiche Lorraine qui fleure bon comme celle de maman, puis s’atteler à la sauvegarde des deux ordinateurs en sirotant un expresso Caramelito tout en regardant à la télé l’épisode d’Urgences où le Docteur Green apprend qu’il a un cancer du cerveau et que le Docteur Corday (River Song) apprend qu’elle est enceinte de lui et non du Doctor Who ! 

Et pour finir cette journée quant même sympathique, une thérapie dans un bain moussant version Fraise à la crème, puis le film « Happiness Therapy » avec le beau, le magnifique Bradley Cooper !images-2