Run Far, Run Fast, Run Free

Poster un commentaire Par défaut

Comme promis, mon compte rendu de ma troisième participation à La Parisienne ; mais aussi un coup de gueule contre le genre macho misogyne et rétrograde, voire médiéval.

La Parisienne 21ème édition d’abord : sous le soleil caraïbéen avec toute la générosité de ses ambassadeurs. Un parcours magnifique et surtout, comme je dormais à 5 minutes du village, une grande énergie non dépensée dans la RATP (Rentre Avec Ton Poney) avant même le coup d’envoi. Pas de sac à mettre en consignes, juste apprécier le départ dans le premier sas public. Superbe médaille de Finisheuse ; pas de RP pour autant mais un énorme sentiment de bonheur d’avoir piqué un sprint sur les derniers 400 mètres,  mais pourtant… aucune photo prise de moi avec mon joli dossard 1086 sur tout le parcours… enfin pour l’instant. 

C’était un soulagement d’être respectée en tant que femme et que sportive, car le mardi précédent lors de mon inscription au Marathon de Paris 2018, j’avais essuyé des commentaires plus qu’agressifs et misogynes quant à ma participation en tant que femme et primo-participante. A cela j’avais répondu que si je croisais ce capitaine caverne, je me ferai un plaisir de le dépasser ! A quoi, ce faux-cul avait ri tout haut à mon audace ! Je me rappelle mon père qui m’avait demandé quand ma lubie de course à pieds allait me passer ?! Même topo au bureau… Ah la grandeur d’âme masculine du 3ème siècle avant JC !!! Je reviens, heureusement vers la civilisation dans quelques jours où fitness et féminité sont des atouts professionnels. 

La semaine prochaine je retrouve mes baskets pour 21,1km à Disneyland Paris, cette fois-ci ma mère est du voyage, ma première fan et j’ai hâte de partager en direct mon week-end fou.

 

Semi-Marathon, Yoga etc…

Poster un commentaire Par défaut

Le mois dernier j’ai couru mon premier Semi-Marathon, une distance inimaginable il y a un an tant je ne m’étais pas engagée. Donc le 5 Mars dernier, je m’élançais tel Lee Majors dans le générique de « L’homme qui valait trois milliards » sur 21,100 km sous la pluie, la grêle et contre le vent. Mes baskets étaient telles deux piscines de deux kilos chacune que je devais déplacer. Et au bout de 2h26, je franchis la ligne d’arrivée alors que ma montre m’indiquer avoir couru un kilomètre au-delà de la distance. La médaille que je passais autours de mon cou comme une grande au dessus du poncho turquoise, je l’ai regardée longtemps avant de réaliser que j’avais franchi un cap comme quand j’avais couru ma première Parisienne. 

Dix jours plus tard, je n’avais plus envie de courir mes cinq malheureux kilomètres, j’avais couru 21,1km alors je n’avais plus rien à prouver. Le son de ma respiration m’étais intolérable et mon parcours sans intérêt et fatigant. J’ai alors laissé mes baskets et j’ai déroulé mon tapis de yoga dans le salon. Quelques respirations, trois postures faisables à mon niveau et lentement le soir, quelques postures et au lit. 

Hier, j’avais planifié une journée de repos pour aller au Salon du Running. Au programme : conférence avec Anne&Dubndidu qui m’a dédicacé son nouveau livre Objectif Running, que je vous conseille vivement car très accessible et surtout anti-régime, bref un cahier nutrition bien-être à son image !

Rencontre avec Marine Leleu la blogueuse qui met des chaussettes dépareillées et qui est super motivante et complètement naturelle.

Outre les rencontres avec des filles ruineuses aka IGRunneuses, j’ai fait de belles trouvailles : des écouteurs qui ne te saoulent pas pendant ta course, de la marque JayBirdSport et des magnets qui évitent que tu troues tes teeshirts pour y poser tes dossards. J’ai aussi reçu pas mal d’invitations pour des courses en Europe, en France qui pourraient être mes prochaines destinations. 

Mon objectif Marathon de Paris c’est 2019, deux ans pour me sentir bien à l’aise sur plusieurs semis et me préparer pour cette occasion de folie ! 

 

On The Road again…

Poster un commentaire Par défaut

Unknown

Sur un coup de tête, une impulsion soudaine liée au souvenir du Marathon de Barcelone  de l’année dernière, je me suis inscrite à la course, dite du Petit Déjeuner se déroulant à Paris le 2 avril dernier. 5 km, c’est ma distance de prédilection et je les cours bien sans souffrir… Mais, le planning de la semaine décalée par le week-end pascal m’empêchera d’y aller tranquillement ainsi qu’au Salon du Running pour récupérer mon tee-shirt collector. Puis ensuite, vint le doublé sinusite-grippe qui me mit KO pendant 8 jours. Je ne me souviens pas avoir été autant malade dans ma vie. Le vendredi, j’étais donc « du soir » et je me mis en route pour le salon, Porte de Versailles à Paris, surtout pour récupérer le teeshirt et rencontrer mes collègues exposants pour RunDisney. Au bout de 2 heures seulement, je rentrais sur Marne-La-Vallée et je commençais ma longue après-midi à la réception jusqu’à minuit. 

Le lendemain, je me réveillais péniblement à 9 heures, départ de la course Avenue Foch  à Paris. Je pris rendez-vous avec mes Brooks running shoes et le soleil (le vent accessoirement) pour le dimanche matin. J’enfilais donc mon teeshirt commémoratif avec un jour de retard mais avec une pensée pour tous ces coureuses et coureurs qui prenaient le départ pour le Marathon de Paris. 

Je partis pour 5kms comme la course du Petit Déjeuner, et puis 8kms plus tard et le souffle court, je terminai mon petit « marathon » de Paris du 3 Avril 2016. 

Prochain rendez-vous officiel, notre course interne baptisée la FunRun sur 4,5kms fin Mai. 

IMG_0659